Malaria/ Le paludisme

Posted by

It’s malaria season in Chad. The rainy season is coming to an end and mosquitos have had time to proliferate with the combination of water and heat. According to WHO data from 2011, Chad recorded 25,581 deaths from Malaria (15.34% of total death in the country). Last year, Malaria was at a higher peak.

C’est la saison du Paludisme au Tchad. La saison des pluies touche à sa fin et les moustiques ont eu le temps de proliférer avec la combinaison de pluie et de chaleur. Selon les données de l’OMS, Tchad a enregistré 25581 décès causés par le Palu en 2011  (soit 15,34% des décès total de l’année). L’année dernière les chiffres ont connu une augmentation alarmante.

Now, not every mosquito causes malaria. There are over 400 species of mosquitos. The female Anopheles is one of 30-40 species that will bite you and introduce parasites to your blood. The parasites then travel to the liver where they mature and reproduce. There is no vaccine against malaria (malaria is different from yellow fever. You can get a vaccine for yellow fever but it is a different mosquito). The only prevention is medication and bite prevention (bug spray, sleeping under a net, weary long sleeves…)

Tous les moustiques ne causent pas le Palu. Il y a plus de 400 espèces de moustiques dans le monde. La femelle Anopheles est une des espèces (parmi une quarantaine d’autres) qui pique et introduit des parasites dans le sang. Ces parasites vont se loger dans le foie, arrivent à maturité et se reproduisent. Il n’y a pas de vaccin contre le Palu (le Palu est diffèrent de la fièvre jaune qui est aussi transmis par un moustique mais il existe un vaccin contre celui-ci). La seule méthode de prévention est de prendre un médication contre le Palu et de se protéger des piqures (dormir sous un moustiquaire, spray anti-moustique, porter des longues manches…).

Malaria has hit most of our guards at home. One came to work two weeks and his daughter had malaria. The following day, his son was hit and was taken to the hospital. Two days later, his wife was in the same situation. Later that week, that guard came to work and looked like he was going to fall over. I gave him Advil and lots of ice to keep his temperature down. He felt better that night. Three days later, he had to go to the hospital to be treated as well. This is just one story of an entire family who has been sick and that family had medical care. So many families can’t afford to go to the doctor. Children are a prime target as parents don’t keep a close eye on them. By the time they realize that their child is sick, it is sometimes too late to do anything.

Le Palu a touché presque tous nos gardes à la maison. Il y a deux semaines, un des gardes est rentré chez lui et sa fille était malade. Le jour suivant, c’était le tour de son fils et il l’a emmené à l’hôpital. Deux jours plus tard, sa femme est tombée malade et il a dû la conduire aux urgences aussi. Plus tard dans la semaine, il est venu travailler avec de la fièvre et il avait dû mal de tenir debout. Je lui ai donné de l’aspirine et des glaçons pour faire descendre la température. Il s’est senti mieux ce soir-là. Trois jours plus tard, il a dû aller à l’hôpital aussi. C’est juste l’histoire d’une famille. Une famille entière qui a été touchée et qui pouvait se soigner médicalement. Il y a des centaines de familles qui n’ont pas accès aux soins médicaux. Les enfants sont la cible première parce que les parents ne s’en occupent pas comme nous le faisons. Beaucoup d’enfants sont livrés à eux-mêmes pendant la journée. Quand les parents réalisent que les enfants sont malades, il est parfois trop tard.

Last week, a Chadian said that he was reassured to know that he had been diagnosed with malaria. I asked why. He said: “Here, it is so common that if you have it, you know what you are getting it. But if you are diagnosed with something else, you would be worried”. I guess it’s like when the doctor tells us we have a bronchitis or strep throat. I’m not sure… Please, pray for Chadian as they go through this difficult season.

La semaine dernière, un Tchadien m’a dit qu’il était rassuré d’avoir été diagnostiqué avec le Palu. Je lui ai demandé pourquoi. Il a dit : « Ici, c’est tellement commun que si tu as le Palu tu es rassuré parce que tu sais ce que c’est. Mais si le docteur dit que tu as quelque chose d’autre, c’est là que tu paniques ». Je suppose que c’est la même chose que quand le docteur nous dit que nous avons une bronchite ou une angine. Je ne sais pas… Priez pour les Tchadiens pendant qu’ils traversent cette saison difficile.

th (1)

 

 

Malaria

 

 

places affected by malaria

3 comments

  1. Praying with you! I feel for those without medical care. It’s a scary place to be. Come lord Jesus help!

Leave a Reply